Le tressage, un patrimoine artisanal polynésien, entre passé et présent

 

 

 

« Le tressage polynésien nest pas uniquement une somme de techniques produisant des objets utilitaires, il est un patrimoine culturel commun, un ensemble de traditions, un lien qui rassemble les peuples du Pacifique de par son usage dans tous les aspects de la vie quotidienne, aussi bien profanes que sacrés. », Hinanui Cauchois

 

Le tressage polynésien est une aventure culturelle, un patrimoine riche, complexe et toujours en devenir, qui plonge ses racines dans les temps immémoriaux.

Dans un monde sans clou ni vis, les matières premières et, en particulier, les fibres naturelles, étaient lune des rares ressources pour la fabrication dobjets en Océanie. Tout lart des Polynésiens repose, en effet, sur leur étonnante aptitude à tirer profit de la générosité de la nature qui soffrait à eux.

Ainsi, lart du tressage ou vannerie, présent à toutes les étapes et dans presque tous les objets de la vie quotidienne, était incroyablement abouti : cordages, tresses et liens utilisés pour la navigation (pirogues, voiles), pour la pêche (filets, nasses, pièges, hameçons), pour la constructions des habitations, pour confectionner des paniers, des outils, les vêtements, les armes (lances, massues, frondes), la musique (tambours), les ornements et objets de prestige (parures, coiffes, éventails), la religion (costume de deuilleur)